« Le canard en plastique » ou « L’oeil du con »

Bonjour,

J’aimerai aborder ici une technique marrante que tout développeur a déjà utilisé sans forcément la connaitre :

Vous êtes devant votre PC, en train de chasser un bug particulièrement coriace. A chaque fois que vous pensez l’avoir acculé, il s’enfuit et vous laisse à la fois perplexe et agacé.

Il doit s’agir d’un bug du compilateur que personne sur la planète n’avait eut auparavant ?

Vous appelez votre ami codeur pour lui montrer le problème :

– Regarde Guilhem (Si si, en Bretagne, c’est un vrai prénom) Si j’initialise mon tableau comme ça et que je recopie la variable ici, alors…

Et là, vous stoppez net votre explication. (Guilhem qui pensait à un BO sur Starcraft 2 n’a rien compris mais c’est pas grave) … Vous avez oublié d’initialiser cette satanée variable !

Félicitation, vous venez d’utiliser la technique du canard en plastique !

 

Il suffit d’appeler un pote et de lui représenter le problème depuis le début et on trouve généralement son erreur soi-même. Ça marche aussi avec les chats, chiens et ours en peluches.

Bon code et à bientôt !

 

3 thoughts on “« Le canard en plastique » ou « L’oeil du con »

  1. Dans le même esprit, il y a la méthode dite du « canard en plastique », en anglais le « Rubber duck debugging ».
    Même principe que la technique dite de « l’oeil du con » (dont le nom, au passage, n’est pas très sympa pour le gars qui nous a bien aidé) sauf que là, pas besoin d’appeler un con. Un canard en plastique suffit. C’est sûr, on y perd le côté social et on a bien l’air con à parler à un canard, mais ça marche tout pareil. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *